Imprimer la page

ÉTAPES CLÉS

1900 Présence d’Hédiard à l’Exposition Universelle de Paris.

1910 Apparition du célèbre dessin de « hutte de bambou » créé par Max Kusel.

1935 Jean et Germaine Kusel, la troisième génération, prennent la direction d’Hédiard ; Germaine invente le coffret cadeau ; Colette, Charlie Chaplin et Marlene Dietrich figurent parmi les clients fidèles de la Maison.

1900's

1900 : nouvelle génération, grande innovation

Nouveau siècle, nouvelle Exposition Universelle, organisée à Paris une fois de plus. Hédiard y fait encore figure d’attraction majeure. La véritable innovation a toutefois lieu quand Max Kusel découvre les pâtes de fruits brésiliennes, véritable produit de luxe à cette époque là. Il envisage d’en faire importer du Brésil lorsque soudain, à l’instar de son beau-père, il trouve l’inspiration : si les Brésiliens le font, pourquoi pas nous?

Max et son équipe testent une recette après l’autre jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits, transformant la Place de la Madeleine en une ruche bourdonnante d’activité. Hédiard se fait vite connaître pour ses préparations originales et moelleuses à base de fruits, concoctées et moulées quotidiennement dans les locaux adjacents à partir des ingrédients frais vendus dans la boutique. Max trouve ensuite un fabuleux moyen d’utiliser les invendus du jour : il réalise des confitures en conservant les fruits entiers, avec noyau et pépins, pour préserver leur saveur et fraîcheur originelles.

L’épicier enchaîne les créations inventives les unes derrière les autres : les casseroles en cuivre bouillonnent d’arômes irrésistibles ; épices, herbes et poivres sont conditionnés dans des petits flacons; un vieux torréfacteur à café grille des fruits secs qui sont ensuite roulés dans une gomme arabique avant d’être salés, séchés et mis en vente.

Hédiard commence à vendre du rhum antillais et en devient le plus grand spécialiste : l’étiquette emblématique du Punch Créole créée par Max date de cette époque et orne probablement l’une de vos bouteilles.

Rien d’étonnant à ce que Marlène, Maurice et le reste du beau monde ne se lassent pas d’y revenir. Le comptoir Hédiard est le dernier endroit à la mode.

1910 : la première publicité

Max Kusel est aussi doué avec un crayon que devant les fourneaux. Quand l’un de ses dessins fait la couverture du catalogue Hédiard cette année-là, celui-ci devient d’abord l’unique visuel publicitaire de l’entreprise, puis s’impose comme le symbole de l’héritage aromatique d’Hédiard au cours des cinquante années suivantes.

1935 : la troisième génération : « Madame Hédiard »

A la mort de Max, son fils Jean Kusel reprend la direction de la Maison et continue le développement de nouveaux produits. Il se lance dans la production de sirops de fruits ou de fruits confits. C’est néanmoins la créativité de sa sœur Germaine qui catapulte vraiment Hédiard vers sa prochaine phase de croissance.

Sa création la plus influente est probablement la « corbeille Hédiard » : cette corne d’abondance d’un exotisme extravagant s’impose vite comme un must-have pour tout invité chic souhaitant faire plaisir à une maîtresse de maison. Cette corbeille peut d’ailleurs être considérée comme le précurseur du coffret cadeau, un concept aujourd’hui universel.

Cocteau, Diaghilev ou Paul Morand comptent sans doute parmi les premiers à avoir offert ces corbeilles car ils se disaient tous amis de la magnifique « Madame H. ».

1950 à 1960 : expansion en France

Après l’ouverture de succursales parisiennes, Hédiard commence à s’implanter dans d’autres villes de France en ouvrant des franchises.

Il semble que la France ne comptera jamais assez de boutiques Hédiard car la Maison continue aujourd’hui à ouvrir des enseignes aux quatre coins du pays.

A partir des années 1970 : expansion internationale

Ces décennies ont vu le nom Hédiard s’exporter à travers le monde, dans les lieux mêmes qui avaient inspiré le jeune Ferdinand. Tout a commencé avec l’immense succès remporté par la Maison au Japon en 1973, une ouverture suivie par d’autres au Qatar, à Dubaï, en Corée du Sud, à Barcelone, Abu Dhabi, Madagascar et Singapour, pour n’en citer que quelques-unes.

En 2005, un nouveau magasin de 720 mètres carrés a ouvert ses portes à Moscou. Une autre boutique de 600 mètres carrés a été inaugurée à Casablanca au Maroc la même année. La dernière ouverture en date (mai 2010) est celle d’un splendide magasin à Monaco.

1996 : « La Table d’Hédiard » ouvre sur la place de la Madeleine.

Le nom d’Hédiard a toujours été synonyme de gastronomie, à tel point qu’il semble étrange d’avoir attendu 1996 pour ouvrir un restaurant, mais un tel succès méritait bien un peu de patience.

2007 : Entreprise du Patrimoine Vivant

En 2007, le gouvernement français décerne à Hédiard le label d’Entreprise du Patrimoine Vivant.

C’est un immense honneur pour cette Maison qui, toujours fidèle à l’impulsion initiale de son fondateur, fait vivre les valeurs authentiques de la « haute gastronomie » française et internationale depuis plus d’un siècle et demi.

En savoir plus

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.