Notre
Héritage

Hédiard,
plus de 150 ans d'histoire

Fondateur de l'épicerie fine à Paris en 1854, Ferdinand Hédiard est aussi pionnier dans la recherche des saveurs les plus fabuleuses du monde. Un siècle et demi plus tard, la Maison Hédiard continue d'honorer cet héritage en proposant des produits et des compositions à l'avant-garde du goût.

1848 Ferdinand Hédiard,
le voyageur immobile

Né de parents artisans, Ferdinand Hédiard est un jeune apprenti destiné à perpétuer la tradition familiale.

A l'âge de 14 ans, il s'engage en tant que compagnon menuisier et commence son apprentissage en faisant leur célèbre Tour de France.

En 1848, ce voyage le mène au Havre, où un matin de décembre il découvre émerveillé la profusion de produits exotiques déchargés sur le port: les sacs de sucre et barils de rhum de la Guadeloupe, les caisses de cacao et de café de la Martinique, les fruits fabuleux venant de l'autre bout de la terre.

Un coup de coeur fantastique qui change le cours de sa vie, puisqu'il décide d'abandonner la menuiserie et de s'installer à Paris pour vendre ces denrées rares qui le font tant rêver.

Ferdinand Hédiard

Ferdinand Hédiard

 

1850 Le marchand
des quatre saisons

Encore adolescent, Ferdinand Hédiard voit déjà grand. Pourtant, il commence son aventure parisienne par une modeste charrette qu'il se procure en 1850 et qu'il installe, remplie de bananes, mangues et autres fruits tropicaux, au pied de la statue de Louis XIV, sur la Place des Victoires.

Rapidement, il capte l'attention des passants qui intrigués, l'interrogent sur son chargement original et surprenant. Pari gagné, une clientèle grandissante de riverains, d'artistes et de curieux en quête de nouvelles saveurs vient découvrir ses merveilles. On dit notamment qu'Alexandre Dumas reçu son premier ananas des mains de Ferdinand Hédiard.

Ananas
 

1854 Le « Comptoir »
première boutique Hédiard

Encouragé par son succès, Ferdinand Hédiard prend une patente et décide d'ouvrir une boutique permanente. Il établit ainsi rue Notre Dame de Lorette la première boutique Hédiard, qui s'appelle alors « Le Comptoir des Epices et des Colonies ».

Son talent unique de sourceur lui permet de ne proposer que des produits d'excellence. Doté également d'un sens inné de la mise en scène, il présente ses produits avec audace, dans des caisses en bois et des paniers en osier. Attiré par cette boutique colorée, foisonnante et parfumée, le Tout-Paris se presse pour goûter les trouvailles du maître des lieux.

Boutique Hédiard rue Notre Dame de Lorette

Boutique Hédiard rue Notre Dame de Lorette

 

1867 La reconnaissance
des pairs

En 1867 se tient l'Exposition Universelle organisée par Napoléon III à Paris. Parmi 43 000 exposants, la Maison Hédiard se fait particulièrement remarquer pour la qualité de ses produits. Le journal « L'Officiel » publie une lettre du ministre de la Marine dans laquelle il loue l'excellence de la vanille Hédiard.

C'est le début d'une tradition de récompenses officielles. Aujourd'hui, Hédiard, compte pas moins de120 médailles célébrant son savoir-faire. Une reconnaissance nationale et internationale qui fait d'elle un fleuron de l'épicerie fine à la française.

Comptoir des colonies
 

1870 Hédiard investit
la Place de le Madeleine

Ferdinand Hédiard achète un second magasin en 1870, place de la Madeleine. Depuis la fin des travaux de l'église de la Madeleine, le quartier est devenu un haut lieu mondain et la place de la Madeleine, le fief de la gastronomie parisienne.

En 1886, le magasin rue Notre-Dame-de-Lorette est revendu. La boutique place de la Madeleine devient le vaisseau amiral Hédiard, qu'il est toujours 145 ans plus tard.

La boutique Hédiard de la Place de la Madeleine propose un mélange très varié de produits exotiques, ce qui confère au lieu une ambiance toute particulière. Hédiard devient une destination, la réussite de Ferdinand est éclatante.

Fasciné par ces produits exceptionnels et une boutique unique en son genre, le Tout-Paris se presse pour découvrir les nouvelles expériences gustatives de la Maison. Certaines célébrités sont des clients fidèles, participant à l'aura Hédiard: Colette, Lucien Guitry, Marlène Dietrich, Charlie Chaplin ou encore Tristan Bernard, comptent parmi les habitués.

Lettre manuscrite de Colette
Portrait de Colette

Lettre de Colette au directeur de la boutique Hédiard :
« Ah ! quelle calamité de n'aimer que les choses
les meilleures ! »

Place de la Madeleine dans les années 1880

Place de la Madeleine dans les années 1880

Boutique de la Place de la Madeleine, Paris

Boutique de la Place de la Madeleine, Paris

 

1890 Max Kusel: La pâte de fruits,
jusqu'à la perfection

C'est au cours de l'Exposition Universelle de 1890 que Max Kusel, beau-fils de Ferdinand Hédiard qui a repris la boutique, découvre les pâtes de fruits sur le stand du Brésil.

A l 'époque véritable produit de luxe, il envisage d'abord d'en faire importer du Brésil. Puis il décide de les produire lui-même, pour en maîtriser la fabrication. Avec son équipe, il travaille sans compter jusqu'à parvenir à la recette absolue: une pâte moelleuse et riche en goût. Les pâtes de fruits sont réalisées et moulées quotidiennement dans les locaux adjacents à partir des ingrédients frais vendus dans la boutique.

Max Kusel enchaîne alors les créations inventives : épices, herbes et poivres sont conditionnés dans des petits flacons; un vieux torréfacteur à café grille des fruits secs qui sont ensuite roulés dans une gomme arabique avant d'être salés, séchés et mis en vente.

La boutique Hédiard est le lieu de toutes les découvertes.

Max Kusel, Marie-Blanche Hédiard et leurs enfants

Max Kusel, Marie-Blanche Hédiard et leurs enfants

 

1935 Hédiard invente
L'Art du cadeau

Après Max, son fils Jean Kusel reprend la direction de la Maison et poursuit l'exploration de nouveaux produits. Il développe la production de sirops de fruits et de fruits confits.

Mais c'est la créativité de sa soeur Germaine qui permet à Hédiard d'être novateur dans un secteur bien particulier: le cadeau.

Sa création la plus influente est la « corbeille Hédiard » : cette corne d'abondance d'un exotisme extravagant s'impose vite comme un must-have pour répondre à une invitation mondaine. Cette corbeille est également considérée comme le précurseur du coffret cadeau.

Cocteau, Diaghilev ou Paul Morand comptent parmi les premiers à avoir offert ces corbeilles, se revendiquant amis de la magnifique et mondaine « Madame H. ».

Jean Kusel

Jean Kusel

Les corbeilles de fruits de Germaine Kusel

Les corbeilles de fruits de Germaine Kusel

 

1954 Au Comité Colbert,
le luxe à la française

En 1954, Hédiard intègre le tout nouveau Comité Colbert, comptant ainsi parmi ses 15 membres fondateurs.

Créé à l'initiative de Jean-Jacques Guerlain, le Comité porte le nom de Jean-Baptiste Colbert, surintendant des bâtiments du roi Louis XIV, arts et manufactures.

Depuis son origine, il regroupe des maisons exportatrices autour des savoir-faire et de la création issues de 13 secteurs d'activités qui représentent ensemble l'art de vivre français.

Le Comité Colbert compte aujourd'hui 80 Maisons. Il incarne le goût français et fait rayonner sa vision du luxe dans le monde. La Maison Hédiard en est un ambassadeur de choix.

Lettre manuscrite de Colette
Colbert
 

1960 Hédiard,
à la conquête de la France

Fort d'un succès jamais démenti, Hédiard commence par développer sa présence à Paris, dans les quartiers prestigieux de la capitale. Puis Hédiard s'implante dans d'autres villes de France, permettant au plus grand nombre d'avoir accès à ses produits d'exception.

Boutique Hédiard Place de la Madeleine

Boutique Hédiard Place de la Madeleine

 

1970 Hédiard,
L'expansion à international

C'est au cours des années 70 que le nom Hédiard s'exporte à travers le monde, dans les lieux mêmes qui avaient inspiré le jeune Ferdinand. Tout commence avec l'immense succès remporté par la Maison Hédiard au Japon en 1973. Une ouverture suivie par d'autres en Corée du Sud, à Madagascar ou à Singapour, pour n'en citer que quelques-unes.

Hédiard à Singapour

Hédiard à Singapour

 

2007 Hédiard,
Entreprise du Patrimoine Vivant

En 2007, le gouvernement français décerne à Hédiard le label d'Entreprise du Patrimoine Vivant. Ce label est une marque de reconnaissance de l'Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux d'excellence.

C'est un véritable honneur pour la Maison qui, toujours fidèle à la volonté de son fondateur, fait vivre les valeurs et le savoir-faire authentiques de l'épicerie fine française depuis plus de 150 ans.

Logo Entreprise du Patrimoine Vivant
 
En savoir plus

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.